Outil de gestion émotionnelle : l’escalier mental

Je vous invite à découvrir un outil qui va permettre aux enfants de mieux gérer leurs émotions. Je me suis basé sur le livre « Le cerveau de votre enfant » de Daniel Siegel et Tina Payne Bryson pour l’élaborer.

Les auteurs nous expliquent que le cerveau peut se décomposer en deux parties horizontalement :

– le cerveau d’en bas comprend le tronc cérébral et le système limbique (et l’amygdale qui prend le contrôle du cerveau d’en haut en cas de danger) :socle des impulsions, réactions innées (se défendre, fuir), des émotions fortes (colère, peur) et des fonctions basiques (respirer, cligner des yeux).

– le cerveau d’en haut est constitué du cortex cérébral. Il est la source des processus mentaux complexes (fonctions supérieures) : penser, imaginer, planifier, se connaitre, faire preuve d’empathie ou encore réguler les émotions. Ce cerveau n’est pleinement mature qu’à 25 ans ! Notez que le cerveau d’en haut est déconnecté quand un enfant subit une tempête émotionnelle. L’idée est donc de l’aider à le reconnecter.

 

Ce qui peut s’illustrer métaphoriquement par ce schéma d’une maison avec un escalier reliant le rez de chaussée (cerveau d’en bas) au 1 er étage (cerveau d’en haut). Le 1er étage est donc inaccessible lorsque l’amygdale est en grande activité (comme quand l’enfant ressent de la peur ou de la colère). Il est par conséquent impossible pour l’enfant de se réguler seul, d’autant que son premier étage (cortex préfrontal) est encore en chantier et donc pas opérationnel.

 

Pour aider nos enfants à emprunter l’escalier qui relie le cerveau d’en bas au cerveau d’en haut, je vous propose un support et une astuce basée sur la respiration et la visualisation. Ceci permettra notamment de calmer l’amygdale qui obstrue le passage.

Voici l’outil  :

Mode d’emploi de l’escalier mental

  • Reprenez les explications données en début d’article sur le cerveau d’en haut et d’en bas.
  • Dites à votre enfant que son cerveau est donc comme une maison et que lorsqu’il ressent une trop grosse émotion, c’est comme si le rez-de-chaussée, l’empêchant d’accéder au premier étage (et donc de réfléchir pour chercher des solutions, dialoguer et s’apaiser) !
  • Heureusement, il y a moyen d’éteindre ce feu en rejoignant le premier étage pour y prendre l’extincteur.
  • Pour y arriver, il suffit de fermer les yeux et de respirer longuement 5 fois.
  • Il peut compter avec ses doigts pour marquer chaque longue respiration (en plus, la main se dépliera progressivement comme pour libérer la tension).
  • Dites-lui que chaque respiration lui fait grimper une marche.
  • Au bout de 5, il est donc en haut de l’escalier et peut s’emparer de l’extincteur pour éteindre le feu au premier.
  • La maison est un peu magique car les dégâts se réparent ensuite lorsque des mots sont posés sur ce qu’il a ressenti et que le calme est intégralement revenu.
  • Bravo !

 

A lire : « Le cerveau de votre enfant » de Daniel J. Siegel et Tina Payne Bryson

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂