Les moments privilégiés avec les enfants : une source de bien-être tout au long de la vie

Dans son livre « La science de l’enfant heureux« , Margot Sunderland nous explique que les moments privilégiés partagés avec ses parents sont les moments qui font sentir à l’enfant qu’il est aimé et qu’il est capable de susciter l’amour. S’inscrivant dans sa mémoire, ils sont une source de bien-être tout au long de sa vie.

Quels sont-ils ces moments privilégiés ?

Pour identifier ces moments privilégiés, il suffit de répondre à ce questionnaire.

La dernière fois que vous avez passé plusieurs heures avec votre enfant, comment cela s’est déroulé ?

  • Vous lui avez fait un câlin ou avez eu des gestes affectueux pour lui. Il vous a spontanément fait un câlin ou donné un baiser, ce qui vous a rempli de joie.
  • Vous l’avez encouragé pour une chose qu’il avait faite. Vous avez remarqué une de ses réalisations.
  • Vous avez joué à des jeux qui incluaient des contacts physiques avec lui.
  • Vous avez échangé avec lui des regards pleins d’affection et d’amour, ou vous avez partagé ensemble un fou rire.
  • Vous avez partagé un moment de calme (blottis l’un contre l’autre sur le canapé à lire un livre par exemple).
  • Vous avez profité des séparations et des retrouvailles pour partager des émotions.
  • Il a eu besoin de vous dire quelque chose d’important, ou il a simplement eu envie de parler avec vous, et vous l’avez écouté avec attention.

Les effets de ces moments sont visibles au niveau du cerveau

Quand un enfant vit des moments privilégiés avec ses parents, son cerveau sécrète des opioïdes et parfois même de la dopamine quand l’instant partagé présente un caractère nouveau.

Des études ont montré un lien entre l’équilibre psychologique et la production cérébrale d’opioïdes.

La dopamine, elle, est essentielle pour qu’un enfant profite pleinement de la vie.

L’enfant reçoit donc de l’affection, du bien-être et de la force vitale grâce aux moments privilégiés.

 

Margot Sunderland nous apprend aussi que le locus coeruleus situé dans une zone profonde du tronc cérébral, est activé quand quelque chose d’important se produit comme un moment de partage avec ses parents par exemple.

Il envoie alors un flot de noradrénaline dans le cerveau, ce qui favorise la fixation des évènements, des pensées ou des impressions dans la mémoire.

Ces souvenirs heureux accompagnent l’enfant tout au long de sa vie et lui feront comprendre qu’on peut s’amuser avec lui et que c’est agréable de partager de bons moments avec les autres.

 

Source : « La science de l’enfant heureux » de Margot Sunderland

 

Bonus : l’affiche de synthèse

Un commentaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂