Nous mettons les enfants à l’école trop tôt

Des chercheurs de l’Université de Stanford ont mené une étude auprès d’enfants Danois concernant les premières années de scolarité (primaire). Il a été démontré qu’un report d’un an de la scolarisation formelle avait des effets bénéfique sur l’auto-régulation et l’hyperactivité sur le long terme. 

 

Selon l’étude co-écrit par le professeur Thomas Dee de la Stanford Graduate School of Education, les enfants qui ont commencé l’école un an plus tard ont montré des niveaux significativement plus faibles d’inattention et d’hyperactivité. Le constat a persisté jusqu’à l’âge de 11 ans.

«Nous avons constaté que le report de la scolarité d’un an réduit inattention et d’hyperactivité de 73 % pour un enfant moyen âgé de 11 ans ».

 

Prolonger le jeu et acquérir des compétences émotionnelles et sociales

Les résultats de l’étude sont également compatibles avec d’autres recherches qui ont montré qu’une longue période de jeu à la petite enfance – comme dans les écoles maternelles – donne des gains de développement de la santé mentale conséquent.

Notons que l’apprentissage émotionnel et social est essentiel autant pour l’épanouissement que pour la réussite. Des compétences qui mériteraient d’être développées dès les premières années.

La préconisation est donc de décaler l’année de début de l’éducation formelle (le primaire), voire même d’appliquer ce décalage dès l’entrée à la maternelle, et de favoriser des activités non-structurées et ludiques à la maternelle.

 

Ou prendre l’option du unschooling pour s’adapter aux besoins naturels des enfants. Mais c’est un autre sujet.

 

Source : Université de Stanford

 

13 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂