L’ocytocine : l’hormone qui nous permet d’aimer

La faculté d’aimer tout au long de la vie repose sur une hormone : l’ocytocine.

Elle est sécrétée lors des relations affectives et son taux conditionne notre capacité à aimer, nous connecter via l’empathie et nous attacher, comme nous l’explique Catherine Gueguen dans son livre « Vivre heureux avec son enfant ».

« Une mère aimée dans son enfance aura un taux d’ocytocine élevé quand elle sera enceinte et elle saura donner de l’affection à son enfant. Une mère négligée, maltraitée dans son enfance aura un taux bas d’ocytocine quand elle sera enceinte et aura beaucoup de difficulté à donner de l’affection à son enfant si elle n’a pas eu la possibilité de résilier. »

« Un enfant aimé, câliné, sécrète de l’ocytocine qui lui permet en retour d’aimer. Un enfant négligé, délaissé, ne sécrète que très peu d’ocytocine et aimer sera pour lui très difficile. 

Mais cette faculté d’aimer qui reste alors enfouie peut-être réveillée à tout moment par l’amour d’un autre être humain. Rien n’est donc jamais irréversible. »

 

Pour compléter cet article, voici une vidéo essentielle sur les vertus du maternage :

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂