Les bienfaits de la Communication Non Violente dans l’éducation

 

 

Partant du principe que l’amour est le facteur essentiel du bien-être et de l’épanouissement de chacun que cet amour est la combinaison de l’authenticité et de l’empathie, nous pouvons facilement avancer que la Communication Non Violente est une alliée de choix dans l’éducation. 

« Dès lors que les parents qui pratiquent la Communication Non Violente accueillent les cris ou les émotions de l’enfant comme autant de messages qui leur permettent de se mettre en lien avec lui, ils lui permettent de garder confiance en son ressenti et dans la légitimité de ses besoins. »

Ce lien avec l’enfant fait notamment écho avec le lien avec notre propre enfant intérieur. Lorsqu’un adulte expose ses blessures et sa vulnérabilité sans accuser autrui, il modifie ses propres schémas de pensées, guérit du passé et fournit un exemple et un processus d’expression libérateur aux enfants qui se dit « Moi aussi, je peux verbaliser mes émotions, identifier mes besoins et demander ce qui me fait défaut. »

Ce message verbal et non verbal (l’attitude compte plus que les mots) aide à se construire de l’intérieur et à respecter autrui puisque que ce dernier nous respecte par défaut.

Nous pouvons recenser d’autres bienfaits de la pratique de la CNV en famille :

  • Elle permet de décoller les étiquettes et jugements sur la personne pour mieux connaître l’autre.
  • Elle donne de l’ampleur et de l’authenticité à l’expression de l’amour inconditionnel.
  • Elle affute un « radar » pour identifier les « perches empathiques » que nous tendent les enfants ou les proches.
  • Grâce à la CNV, nous sommes en mesure d’accueillir des actes ou comportements qui nous déplaisent tout en gardant la porte ouverte aux émotions et besoins de chacun.
  • La CNV transforme les conflits en occasion de communiquer sans s’accuser.
  • Elle permet de poser des limites/établir des règles en donnant du sens grâce à la collaboration.
  • Elle facilite l’auto-empathie pour accepter nos imperfections et réduire la pression.
  • Elle permet à chacun de prendre la responsabilité de ses besoins.

Les 4 étapes de la CNV

Voici un exemple dans l’approche :

Un enfant dit à sa mère « J’ai l’impression que tu ne m’aimes pas ! »
Au lieu de nier ou de réprimander sous le coup de la culpabilité ou de la colère car elle se sent jugée injustement , elle se tourne d’abord vers son ressenti et établit un dialogue intérieur bienveillant :
« Ce que me dit mon fils me touche. Je ressens de la tristesse. Mon enfant a besoin de plus de signes d’attention et d’amour ou peut-être d’une expression plus claire de cet attachement. Je manque de temps en ce moment et j’ai donc moi-même besoin d’écoute, de compréhension. Nous allons réfléchir ensemble à des solutions pour être plus en lien. »

Puis elle traduit cela en langage CNV.

 

Conseils lecture :

« La communication non violente » de Geneviève Bouchez Wilson et Pascale Molho

« Petit cahiers d’exercices de communication non violente avec les enfants » de Anne Van Stappen

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂