Le « oui, mais » est une plaie !

check-145512_1280

Nuancer un « oui » avec un « mais », quelle drôle d’idée n’est-ce pas ?

« Oui mais non en fait. »

Le « oui mais » n’est ni un oui, ni un non. Quand nous le prononçons, il laisse comme un arrière goût d’indécision, voire de manque total de confiance en soi.

Le « oui mais » est aussi une preuve de notre désir de nous déresponsabiliser. Après un « oui mais », on cherche en effet des excuses…pour ne pas agir.

Bref, le « oui mais » n’est pas très positif et fait perdre du temps. En effet, mieux vaut dire non et proposer une alternative plutôt qu’un « oui mais » frustrant.

Quand on pense que nos enfants nous imitent…le « oui mais » est un sacré cadeau empoisonné sur la route d’une vie épanouie.

En effet, à force de pratiquer le « oui mais », on finit par l’adopter pour tout : je suis content mais…, je t’aime mais…, je suis fier de moi mais…

Aïe ! Pas très psychologie positive tout ça !

Réagissons !

Je vous invite aujourd’hui à prendre conscience de l’effet du « oui mais » :

– sur vous.

– sur les enfants.

– sur les adultes.

La prise de conscience permet de débrancher le pilote automatique de l’inconscient (et de remettre en question les habitudes).

Soyez aussi attentifs aux « oui mais » prononcés par les personnes avec qui vous vivez. Comptez-les si nécessaire puis testez ceci :

  • Autorisez-vous à dire OUI.
  • Autorisez-vous à dire NON.

C’est le point qui est important après le « oui » et le « non ». Il ne laisse aucune place au « mais ».

Gardons intacte la puissance d’un OUI et d’un NON. Appuyons-nous sur eux pour nous affirmer.

Et aidons nos enfants à les utiliser à bon escient. 21 jours de bonne reformulation devraient presque suffire à faire disparaître cette habitude du « oui mais » (21 jours est le temps de création de nouveaux circuits neuronaux, cablage compris).

Voici une astuce gratuite pour traquer le mais : Entrainez-vous à switcher le « mais » par « et ».

Coup de pouce : Super oui, super non.

Je vous conseille d’offrir à votre enfant un livre sympathique sur le sujet du oui et du non :

Un petit garçon teste l’utilisation exclusive de l’un et de l’autre en découvrant le pouvoir de chacun (avantages et inconvénients). Il finit par comprendre que les deux se complètent harmonieusement !

« Super oui, Super non » de Bénédicte Rivière et Coline Citron (disponible sur Pour Penser)

super oui, super non

 

super oui, super non

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂