Expérience : manger du chocolat en pleine conscience

Un morceau de joie...en chocolat-2

Je vous invite à découvrir aujourd’hui un extrait du tout nouveau livre d’Isabelle Filliozat consacré à la joie. Et justement, il s’agira de ressentir cette émotion plus intensément en dégustant du chocolat en pleine conscience ! Vos enfants vont adorer cette expérience qui augmente considérablement le plaisir grâce notamment à la gratitude et permet de sensibiliser sur l’origine de ce que nous consommons. Sachez également qu’apprendre à manger en pleine conscience est aussi un moyen d’être plus à l’écoute des signaux de satiété que nous envoie notre corps et de lutter contre les effets du stress (qui pousse à manger au-delà de nos besoins). La pleine conscience est un remède pour apaiser les ruminations mentales !

les chemins de la joie

« Matériel : Deux carrés de chocolat bio et éthique, 70 à 80 % de cacao (si je n’aime pas le chocolat, je choisis autre chose).

Pourquoi bio et éthique ? Je vais vite le découvrir.

Expérimenter le plaisir : Je laisse fondre en bouche le carré de chocolat, je prends le temps d’en percevoir la texture, le goût… C’est du plaisir.

Expérimenter la joie : Tout d’abord, si je n’ai jamais vu de fève de cacao, je tape plantation de cacao sur mon navigateur, je choisis « images ». Et je découvre des photos de cabosses de cacao, des fèves, des cultivateurs. Pour affiner, je tape maintenant fève de cacao. Maintenant que je suis familiarisée avec le produit que la nature a créé, je passe à la préparation humaine, je tape « torréfaction cacao », toujours dans les images. Puis « conchage ». C’est une opération qui n’existe plus dans le chocolat industriel, mais qui fait toute l’onctuosité du chocolat authentique. Je suis prêt(e) ; Je place le second carré de chocolat dans ma bouche, et en le laissant fondre sur la langue, en sus d’en percevoir goût et texture, j’imagine le cacaoyer, la plantation, je sens le soleil et la pluie, l’attention avec laquelle le cultivateur a soigné son cacao. Une fois récolté, le cacao a été mis à fermenter, puis à sécher au soleil. Transporté jusqu’en Europe, il a été torréfié (à moins que je ne l’aie choisi cru), concassé, écrasé au moulin de pierre. Le beurre du cacao fondant sous la chaleur fait une pâte, laquelle est pétrie, conchée, tablée, moulée, empaquetée, et arrivée en tablette dans la boutique où je l’ai acheté. Je me sens relié(e) aux personnes qui ont participé à la création de ce chocolat, au soleil et à la terre, au vent et à la pluie, à l’univers. Je respire avec le soleil qui caresse la cabosse. Mentalement, j’éprouve de la gratitude pour les personnes qui ont cultivé le cacao, pour ceux qui ont préparé le chocolat, pour la terre, le soleil et la pluie. Pour les bactéries qui ont accompagné la fermentation du cacao. Je prends conscience de chacune de mes cellules, elles reçoivent, sinon quelques molécules de chocolat, l’information chocolat. Je respire. Je sens le chocolat fondre dans ma bouche. Je le déguste. J’éprouve de la gratitude envers mes cellules, notamment celles du goût, j’éprouve de la gratitude envers le soleil et la terre. J’ai conscience de participer au monde. Un carré de chocolat a ouvert ma conscience, je le remercie. »

 

« Les chemins de la joie » d’Isabelle Filliozat est disponible sur :

amazon.fr

fnac.com

chez votre libraire.

 

Resources : C’est pas sorcier (cacao et chocolat)

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *