Histoire à découvrir : un cœur trop petit…

Un cœur trop petit...

Je vous invite à découvrir une tendre histoire intitulée « un coeur trop petit ».

Un grand merci à Virginie pour avoir abordé ce thème de l’amour avec tant de finesse et d’optimisme.

 

Valentine est bien embêtée.

Son cœur est trop petit. Elle ne peut plus rien y mettre dedans.

Pourtant, tout est bien rangé par ordre d’amour.

Il y a d’abord papa et maman. Puis il y a Marceau, son petit frère. Puis c’est le tour des grands-pères et des grands-mères. Il y a aussi les cousins, les cousines. Mais ils sont si nombreux qu’ils prennent toute la place qui reste.

Valentine a quand même une place pour Margot, sa meilleure amie. Mais le problème c’est qu’il n’y a plus de place pour Hugo. Pourtant c’est le garçon le plus beau de l’école et c’est aussi le plus gentil.

Valentine voudrait un cœur comme celui de sa maman. C’est un cœur énorme. On dirait même un cœur de géant. Il y a de la place tout le temps. C’est comme un grand appartement qui pourrait accueillir tout le monde.

A côté, le cœur de Valentine est une petite cabane d’enfants. Les personnes qu’elle aime sont trop serrées. Son cœur bat trop fort lorsqu’elles se disputent là-dedans.

-Est-ce qu’il faut que je fasse sortir Margot de mon cœur pour y mettre Hugo ? demande-t-elle à sa maman. Je ne veux pas que tu sortes de mon cœur, je veux aussi garder papa et Marceau et tous ceux qui sont déjà dedans.

-Tu n’as pas besoin de chasser quelqu’un de ton cœur pour y mettre quelqu’un d’autre à l’intérieur. Souviens-toi, lorsque Marceau est né, je n’ai pas cessé de t’aimer. 

-Oui c’est vrai, je n’ai même pas eu besoin de me serrer pour lui laisser de la place. Il a tout de suite pu jouer et j’ai continué à m’amuser. 

Mais Valentine veut un cœur plus grand. Pour cela, elle a une idée.

Ce soir, le docteur Paindépice vient soigner Marceau qui a un peu de fièvre et des boutons de varicelle. Valentine en profite pour lui demander où l’on trouve des cœurs plus grands.

-J’ai quelques pièces dans ma tirelire. Je voudrais un cœur énorme comme celui de maman ! Est-ce que je peux aller à la pharmacie pour le trouver ?

-Mais le tien, je t’assure Valentine, est aussi grand. 

-Non, c’est faux ! Maman aime tout le monde. Mon cœur à moi est différent. Il n’y a pas de place pour la maîtresse qui me gronde souvent, ni pour le dentiste qui me fait mal aux dents, ni pour le coiffeur qui me tire les cheveux. Et puis je voudrais qu’il y ait une place pour Hugo ! 

Le docteur Paindépice s’approche de Valentine et lui murmure un secret à l’oreille.

-Tu sais, grande fille, il n’y a rien de plus grand qu’un cœur. Le cœur est plus grand qu’une maison, qu’une ville ou qu’un océan. Tu pourrais mettre dans ton cœur toute la planète entière en quelques heures. 

-Alors mon cœur s’étire ? 

-Oui, tout le temps ! Il grandit en même temps que toi mais comme il est caché, ça ne se voit pas. Il tape juste un peu fort parfois dans ta poitrine lorsqu’il fait un agrandissement. 

-Il tape fort quand je vois Hugo ! On dirait qu’il court et qu’il est essoufflé. 

-C’est parce que tu aimes fort Hugo. Ton cœur lui fait de la place pour qu’il soit confortablement installé. 

heart-960698_1280

Le docteur Paindépice pose son oreille sur le cœur de Valentine.

-Boum boum, bada boum, boum, boum ! Oui, c’est ça, ton cœur grandit. Il bat la chamade. 

-Qu’est-ce que c’est la chamade ? demande Valentine. 

-C’est une danse, plus rapide que la valse, ça veut dire que le cœur grandit et qu’il est content parce qu’il va recevoir du monde dans son appartement.

-Alors mon cœur fait boum boum, bada boum, boum, boum !

-Oui, il y aura bientôt beaucoup de place dedans. 

Valentine est rassurée. Personne n’est serré dans son cœur.

Le lendemain, sur le chemin de l’école, Valentine fredonne une jolie chanson. Son chemin c’est le même chemin que prend Hugo tous les matins.

– Bonjour Valentine ! crie Hugo.

– Coucou Hugo ! répond Valentine.

-On chante en se tenant la main ? propose Hugo.

Sans attendre la réponse de Valentine, Hugo attrape sa main et fredonne.

Valentine tremble et ses pommettes prennent la couleur de la tomate.

– Eh, ça ne va pas ? demande Hugo. Tu as l’air bizarre. 

-C’est rien, répond Valentine, c’est mon cœur qui fait des travaux !

Valentine sautille en souriant à Hugo. Elle est heureuse.

-Encore un petit moment Hugo, pense-t-elle. Encore un petit moment et mon cœur sera plus grand. Tu seras bien mieux Hugo. Tu auras de la place dedans. Tu pourras même jouer avec Marceau. 

 

Si vous avez aimé cette histoire et que vous souhaitez découvrir ainsi de nouveaux textes à lire en famille, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire.

Encore merci à Virginie pour sa générosité et son talent. A très bientôt. 🙂

murals-1382202_1920

6 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂