Donner des limites n’est pas le coeur de l’éducation

Selon le Dr Catherine Gueguen, « donner des limites n’est pas le coeur de l’éducation« .

Elle avoue qu’elles sont certes nécessaires notamment en termes de sécurité et de règles en société mais l’essentiel n’est pas là.

C’est la manière de poser ces limites et de les transmettre qui est importante.

Il s’agit de :

  • Les poser avec douceur car si les limites sont imposées par la force, la relation avec l’enfant se détériorera et l’enfant aura une faible estime de lui-même.
  • Les adapter au stade de développement de l’enfant. Il est donc important d’être flexible et observateur.
  • De transformer le plus possible les limites en règles car une limite est souvent exprimée négativement et l’enfant a du mal à comprendre cette négation. La règle est une consigne plus facile à comprendre et à suivre.
  • Les accompagner d’une écoute émotionnelle : si l’enfant entre dans une crise de colère suite à une limite posée par l’adulte (réaction de frustration), ce dernier devra écouter et accueillir l’émotion de l’enfant et ne pas la réprimer. Cette émotion est plus forte que l’enfant. Elle le déborde. De plus, elle met hors fonction  son cortex préfrontal qui est la partie du cerveau capable d’orchestrer les apprentissages et l’acquisition de nouveaux comportements en conscience.
  • Leur montrer l’exemple : les enfants nous imitent. Si nous leur crions dessus pour leur dire d’arrêter de crier ou les tapons alors que nous leur interdisons de le faire, c’est illogique et aucunement éducatif. Les enfants nous observent et nous imitent.
  • Limiter les « non » car l’enfant ne verra que des « non » et reproduira ce réflexe d’opposition avec son entourage.
  • Limiter les limites : car il est plus important de donner la priorité à la joie de vivre, la curiosité, la créativité, l’inventivité,…bref, tout ce qui ne limite pas la nature humaine et ne nourrit pas de croyances limitantes que l’on traine toute sa vie ensuite. Limiter les limites permet aussi de développer l’autonomie des enfants sans leur brandir le spectre de la peur à chaque pas qu’ils feront.

 

Comme nous le comprenons maintenant, les limites sont un outil éducatif délicat à manier. Elles peuvent « limiter » en privant de libertés essentielles (comme celles de choisir ou de ressentir), installer des conflits internes et externes, couper la soif d’exploration,… À utiliser avec intelligence et souplesse donc.

 

Source : « Pour une enfance heureuse » de Dr Catherine Gueguen

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂