Comment apprendre aux enfants à dire « bonjour », « merci », « s’il te plait »

Bonjour, merci, s’il-te-plait, pardon,…sont de petits mots que l’on regroupe souvent sous le terme de politesse.

 

Politesse : Ensemble de règles qui régissent le comportement, le langage à adopter dans une société ; le fait et la manière d’observer ces usages.

 

Il s’agit donc de règles et par conséquent, les enfants y adhéreront d’autant mieux si nous, parents, les aidons à les adopter avec une approche bienveillante et non autoritaire.

Ainsi l’injonction « Dis merci » en fronçant les sourcils aura pour principal effet de conditionner l’enfant à dire merci sans se poser de questions quant à la signification et l’implication des paroles qu’il profère. D’autant qu’il y a un paradoxe à obliger quelqu’un à se conformer à un comportement : obliger est-il réellement poli et dénote-t-il d’un respect des capacités intellectuelles et des droits de chacun. Car après tout, nous n’avons parfois pas envie de dire « merci ».

Par exemple quand on vient de se prendre une gifle sous prétexte que c’est pour notre bien. À force et avec le temps, on en vient en dire « Je remercie cette personne pour m’avoir frappé sinon mon comportement aurait été pire.« , phrase qui sous-entend que nous, humains, sommes incapables de modifier nos comportements par choix et réflexion… réflexion qui aurait permis de cerner qu’on ne peut exiger d’un être humain qu’il agisse sans violence et avec respect s’il est lui-même traité avec violence et irrespect.

À ce niveau, nous pouvons en arriver au centre de cette démonstration : la politesse est avant tout un modèle à proposer aux enfants. Si nous, parents, faisons vivre sincèrement cet ensemble de règles sociétales et les remplissons de sens, les enfant nous copieront après avoir analysé ce qu’il se passe en nous et chez celui qui entend ces signes de politesses. J’évoque ici le côté émotionnel tapi derrière « merci », « pardon », « s’il te plait ».

Dire « Merci » déclenche normalement une réaction émotionnelle chez autrui. Qui n’aime pas s’entendre témoigner de la gratitude ?

Dire « Bonjour », « S’il-te-plait », « Pardon », aussi.

Cette réaction émotionnelle vise à entretenir le bien-être mutuel et guérir la relation. C’est important !

 

Passons aux travaux pratiques avec quelques conseils qui abondent dans ce sens.

Marion Mc Guinness, dans son livre « Les règles positives de la famille », nous suggère des « trucs » pour faire vivre la politesse en colorant ses mots symboliques.

 

Apprendre à dire bonjour 

  1. Eviter la pression sociale et les étiquettes qui figent un état : votre enfant n’est pas « malpoli », il est dans l’apprentissage des fonctions sociales et le développement de son intelligence émotionnelle.
  2. Avant la rencontre, parler de la personne que l’on va rencontrer pour éviter la peur et l’intimidation (bloquante pour le cerveau).
  3. Se mettre à la hauteur de l’enfant pour lui présenter la personne.
  4. Décrire la personne, son lien avec vous ou lui, son rôle,…
  5. Dire « bonjour » soi-même (avec les formes).
  6. Ne pas forcer l’enfant à dire bonjour.
  7. Parler de la rencontre après et valoriser les gestes de politesse de l’enfant (comme un sourire, un « bonjour »,…) en décrivant ce qu’a ressenti l’autre personne.
  8. Être patient.
  9. Faire des jeux de rôle avec les jouets de l’enfant (« Bonjour Mr Patate » « Oh, je suis heureux que vous me souhaitiez un « bon jour » ! « 

Pardonner et se réconcilier

Voici quelques phrases qui aident les enfants à comprendre ce qu’ils ressentent et la puissance du pardon (pratique plébiscitée par la psychologie positive pour être plus heureux dans sa vie) :

  1. Je comprends que tu ressentes une injustice.
  2. Je vois que c’est difficile pour toi de pardonner.
  3. Tu as le droit d’être en colère. On en parle ?
  4. Pardonner ce n’est pas oublier mais décider que la relation est plus important que la dispute. C’est aussi se libérer du passé.
  5. De quoi aurais-tu besoin pour accepter ses excuses ?
  6. Reconnaître ses erreurs et tenter de les réparer est une force.

Petit exercice à pratiquer en famille

Voici un petit jeu simple et nourrissant pour toute la famille. De plus, il fait grandir la gratitude pour autrui et la confiance en soi.

Chaque soir,

  • Citez 3 « merci » que vous avez dits et qui ont fait plaisir à la personne. Puis, Citez 3 « merci » qu’on vous a dits et ce que vous avez ressenti.
  • Citez 3 « bonjour » que vous avez dits à des personnes croisées.
  • Citez 3 « s’il-te-plait » que nous avons reçus.

 

Source : « Les règles positives de la famille »

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂