Chantages et récompenses : deux pièges à éviter dans l’éducation

« Si tu ranges ta chambre, tu auras un bonbon. »

« Si tu as une bonne note, je t’achète un cadeau. »

« Si tu m’aides à ranger la vaisselle, tu auras le droit de jouer aux jeux vidéo. ».

Ces phrases sont l’équivalent dans le monde du travail de :

« Tu as rempli tes objectifs alors voici ta prime. »

Même si vous n’êtes pas en accord avec ses objectifs…

 

Bien sûr, l’opposé de la récompense est…la punition.

« Tu n’as pas rangé ta chambre alors tu n’auras pas de cadeau. »

« Tu n’as pas rempli tes objectifs alors tu n’as pas droit à ta prime. »

 

Ou pire (avec comparaison) :

« Ta soeur a rangé sa chambre contrairement à toi. Elle a droit à sa récompense » 

« Tu es le seul de ton équipe à ne pas avoir rempli tes objectifs. Tes collègues pourront se payer de belles vacances. »

 

Oui, les récompenses, chantages et punitions sont largement pratiquées dans la société moderne. Est-ce une raison pour habituer nos enfants à être ainsi manipulés pour obéir ?

 

Voici ce qu’en pense Catherine Gueguen :

 » Les récompenses sont un conditionnement. Elles incitent l’enfant à obéir. C’est un piège car l’adulte est satisfait, il obtient ce qu’il souhaite sur le moment. Mais l’enfant se perd, ne construit pas sa propre identité. Les parents veulent à juste titre que leur enfant devienne autonome, c’est-à-dire responsable de ses actes. Les récompenses  ne le rendent pas du tout autonome, mais dépendant de la récompense qu’il compte obtenir. »

 

Des études scientifiques ont démontré que les récompenses privaient l’enfant de motivation intrinsèque. C’est-à-dire qu’il agit non pas en fonction de ce qu’il aime et ce qu’il ressent mais pour « faire plaisir » et gagner une récompense (ou éviter une punition).

Ce procédé est assimilable à la décharge d’électricité ou au morceau de fromage que subissent des souris de laboratoire pour influencer leur choix…

Glaçant…surtout si nous transposons cela à la vie de nos enfants : ils prendront le chemin qui leur permettra d’être récompensés ou de ne pas être punis sans réellement s’écouter…

Et lorsqu’ils n’y aura aucune récompense, ils seront perdus et s’auto-dévaloriseront avec les réactions d’attaque/défense que cela implique à cause des blessures à l’estime de soi.

 

Comment éviter ce système qui rend les enfants vulnérables ?

En adoptant des méthodes différentes de celles qui sont encore souvent pratiquées à l’école ou dans les entreprises :

  • remarquer et décrire sans juger ce que l’enfant réalise avec succès
  • lui montrer l’exemple
  • lui proposer des choix pour lui apprendre à réfléchir
  • jouer pour mieux collaborer
  • encourager ses efforts et ses initiatives
  • le remercier (la gratitude)
  • fixer des règles avec lui
  • valider ses émotions et lui expliquer comment s’y appuyer pour décider
  • faire ensemble

 

Oui, ces méthodes prennent plus de temps qu’une récompense, qu’un chantage ou une punition mais au final, cela permettra d’extraire l’enfant d’un conditionnement limitant afin qu’il ait conscience de son véritable potentiel et de ses valeurs.

 

Pour les adultes :

Imaginez ce que vous réaliseriez si votre récompense était simplement votre joie personnelle sans notion de récompense externe attribuée arbitrairement par une « autorité » qui elle-même travaille à ses propres objectifs.

Quel(s) job(s) choisiriez-vous ?

 

Bonus :

Dans la même idée, voici une citation de Maria Montessori.

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂