C’est quoi éduquer ?

Je viens de lire ceci dans un commentaire sous un article sur la mise au coin des enfants et ses effets néfastes.

« Bientôt les parents n’auront plus le droit d’éduquer leurs enfants et leur apprendre les limites qu’ils recherchent. »

[Voici mon point de vue (subjectif)]

C’est un argument qu’on retrouve souvent lorsqu’on explique les conséquences de telle ou telle pratique sur le cerveau des enfants (et leur épanouissement), études en neurosciences et en psychologie à l’appui.

Cette affirmation couplée à beaucoup d’autres revient à penser que :

  • punir, c’est éduquer
  • menacer, c’est éduquer
  • crier, c’est éduquer
  • faire du chantage, c’est éduquer
  • frapper, c’est éduquer
  • mettre au coin, c’est éduquer

Alors, je réponds oui si on considère qu’éduquer consiste à inculquer une pratique par la force et la manipulation.

Une petite simulation : Si nous, adultes, nous mettons à la place de l’enfant (ce qui est quasiment impossible puisque notre cerveau est censé être mature et notre degré de compréhension du monde plus développé que celui de l’enfant), considérerions-nous que nous sommes éduqués quand nous sommes punis, menacés, insultés, humiliés, frappés ?

Nous nous sentirions dressés, rabaissés et dépendants, oui, peut-être, mais pas du tout éduqués dans le sens « élevé » puisque nous n’aurions pas eu la chance d’explorer nos possibilités, de faire des choix, de nous entrainer à identifier et réguler nos émotions,…

Pire, en étant traités ainsi, nous apprenons à « éduquer » de cette manière là et à interagir ainsi avec nos pairs. La violence devient banale. Je la subis, je la transmets à mon tour.

Punitions, menaces, chantages, cris, fessées, gifles, isolements,…sont des outils qui créent de la souffrance même si l’enfant ne le montre pas car il est bien trop attaché à ses parents pour risquer de perdre ce lien, aussi dur soit-il (voir cet article).

Si nous, adultes, croyons que ce sont les seuls outils éducatifs que nous avons à disposition, il est normal que nous considérions que les enfants sont effectivement des créatures prêtes à dominer et qui n’en font qu’à leur tête.

« Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou » écrivait Abraham Maslow.

Et là, le problème est l’enfant qui ne respecte pas vos limites. C’est le clou à enfoncer.

Et si nous acquerrions de nouveaux outils pour voir le monde (et nos enfants) différemment ? Ceci serait l’occasion d’éduquer en collaborant et de changer nos croyances en profondeur.

Voici un article qui vous intéressera si vous souhaitez renouveler votre boite à outils en troquant le marteau pour l’empathie et le dialogue :

 

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂