Martin Seligman écrit : « En général, les enfants sont extrêmement optimistes et ont une grande capacité d’espérer, de s’immuniser contre le désespoir avant la puberté, capacité qu’ils perdront