Bouger pour mieux apprendre : deux exemples concrets à découvrir

Quelle que soit la météo, les élèves de cette école primaire de Sherbrooke (Canada) font 20 minutes d’activité physique avant d’entrer en classe dans le cadre du programme « Je Bouge ». Résultat : l’apprentissage est grandement facilité.

Etonnant ? Pas vraiment. Les neurosciences ont prouvé les bénéfices d’une activité physique quotidienne sur le fonctionnement du cerveau et le bien-être général. C’est vrai pour les adultes, et encore plus pour les enfants qui ont besoin de bouger.

Autre initiative, toujours au Canada, des vélos-pupitres ont été mis en place pour les jeunes hyperactifs dans l’école primaire des Cèdres (Laval, Québec).

«Il y a au moins 10 % des élèves qui ont besoin de bouger en classe, que ce soit à cause d’un déficit d’attention ou pour d’autres raisons», affirme Mario Leroux, orthopédagogue. (source)

 

photo vélo-pupitre
PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, PIERRE-PAUL POULIN

 

Si vous connaissez de telles initiatives en France, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Merci. 🙂

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂