Avant 5 ans, faut-il lire des histoires qui font peur aux enfants ?

Sorcières, loups, monstres, abandon, meurtres,… les contes traditionnels fourmillent de ces créatures et thèmes qui font naitre la peur chez les enfants, une peur réelle qui s’installe dans leur inconscient et ressurgit dans leurs cauchemars puis dans leurs expériences quotidiennes, impactant même leur personnalité et leur comportement sur le long terme (anxiété, agressivité, méfiance,…).

Avant 5 ans, l’enfant a bien du mal à prendre de la distance ou à s’amuser d’une peur car pour lui, fiction et réalité sont une seule et unique chose.

Ce n’est qu’avec la maturation de son cortex préfrontal qu’il parviendra à calmer son amygdale (siège des émotions dans le cerveau) en raisonnant. Il se dira alors « C’est marrant de se faire peur car je sais que ce n’est qu’une histoire ».

Le problème est que nous, parents, pourrions penser que la peur ne les affecte pas tant nos enfants restent attentifs, silencieux ou excités quand nous leur lisons un récit qui leur fait peur. Cette posture sereine ou enthousiaste a une première cause : l’enfant aime partager ce moment de lecture avec son parent. Il ne voudrait pas que cela s’arrête !

La deuxième cause est qu’il ne peut pas poser de mots sur ce qu’il ressent vraiment. Alors il garde le silence ou fait semblant de rire (parfois par mimétisme) mais…il emmagasine des images et du stress relatifs à la peur.

Catherine Gueguen suggère donc d’éviter de lire des histoires de peur (ou d’exposer les enfants à des images choquantes sur les différents écrans) avant 6 ans.

À partir de 6/7 ans, l’adulte qui raconte l’histoire peut accompagner les émotions de l’enfant, l’aider à les exprimer, échanger avec lui, évoquer les solutions pour surmonter les peurs. C’est ainsi qu’il développera son intelligence émotionnelle et sera capable de réguler ses peurs.

Autre précaution à prendre : Dire à l’enfant qui a le droit de dire qu’il a peur en écoutant une histoire (ou en regardant un film). « Cette histoire/ce dessin animé me fait peur. J’aimerais qu’on en lise/regarde une/un autre. »

 

Source : « Vivre heureux avec son enfant » de Catherine Gueguen

 

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂