« Les alternatives à la violence éducative existent »

Catherine Dumonteil-Kremer, consultante en parentalité et auteure de nombreux livres sur l’éducation bienveillante, était l’invitée de l’émission « 7 jours sur la planète ». Elle revient sur les conséquences de la violence éducative (menaces, punitions, gifles, fessées, humiliations orales, isolement,…) et évoque les alternatives. 

Au delà du constat, il est essentiel de comprendre que le réflexe de la violence éducative provient souvent d’un conditionnement étant enfant, dans notre propre éducation. Et des phrases comme « tu l’as bien cherché » « qui aime bien châtie bien » ou encore « heureusement que je t’ai puni parce que tu aurais fait encore plus de conneries » inculquent une croyance aussi fausse que cruelle qui ne cesse de se renforcer si nous n’en prenons pas conscience.

On ne dresse pas des enfants. On les élève. On agit « avec »(collaboration) et pas « contre »(opposition). En leur infligeant la violence, on leur manque déjà de respect. Comment peut-on en exiger en retour ? Comment peut-on leur reprocher de se rebeller et d’user de cette même violence par la suite ? Au contraire, comment peut-on être étonné s’ils n’ont aucune estime d’eux-mêmes et entretiennent une méfiance envers la société, se liant difficilement aux autres ? Se comporte-t-on de la même façon avec des adultes ?

L’éducation n’est pas un rapport de forces mais bien une collaboration. Les enfants ne sont pas le réceptacle de nos frustrations.

La question est donc : souhaitons-nous alimenter la violence et perpétuer les souffrances psychiques et psychologiques ou casser sa chaine chacun à notre niveau ? Faisons notre part. Choisissons la non-violence. Là est la vraie force.

« 0 tolérance pour la violence ». Faisons de notre mieux pour montrer l’exemple. N’hésitons pas à demander assistance si nous n’y arrivons pas car le « job » de parent est loin d’être facile, surtout quand un environnement fait pression avec des préceptes dépassés basés sur l’ego (« c’est qui le chef ? »).

Si nous dérapons, et c’est humain, excusons-nous et cherchons des solutions pour garder le contrôle (la méditation en est une) et se libérer peut-être d’une colère passée qui ne cesse de ressurgir aujourd’hui et nous pousse à réagir (amygdale) au lieu de réfléchir (cortex préfrontal).

Et attention aux amalgames : la parentalité bienveillante n’est pas du laxisme.

 

Je partage maintenant avec vous quelques ressources. J’espère qu’elles vous aideront.

Merci de m’avoir lu.

 

Nous n’avons qu’une vie. Il est toujours temps d’en prendre conscience pour se concentrer sur ce qui nourrit le coeur au lieu de le blesser.

 

RESSOURCES :

Voici quelques e-book gratuits :

10 outils pour pratiquer une éducation positive

« Le livret des parents » en téléchargement gratuit

La discipline positive au quotidien (téléchargement pdf gratuit)

« Sans fessée, comment faire  » : document gratuit

Un enfant difficile a toujours quelque chose à nous dire (ressources gratuites)

Et des liens supplémentaires vers des méthodes et informations :

Astuce parentale : la formulation positive !

20 phrases à dire aux enfants pour qu’ils écoutent

Une astuce universelle pour que les enfants écoutent

Le jeu du STOP & GO pour que les enfants écoutent

Les expressions anti-émotion à éviter avec les enfants

5 astuces de discipline positive pour tous les parents

Les enfants détestent les limites, ils adorent les règles !

LA méthode vraiment efficace pour arrêter de crier sur vos enfants

Apprendre à son enfant à ranger sa chambre en fonction de son âge

Comment s’adapter au cerveau de nos enfants ? Catherine Gueguen répond.

6 règles d’or pour encourager l’autonomie d’un enfant (Faber et Mazlish)

 

Outils supplémentaires :

27 cartes pour exprimer la colère sans violence

Le jeu des cartes émotionnelles !

 

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *