7 étapes pour nourrir l’intelligence émotionnelle des enfants

7 étapes pour nourrir l'intelligence émotionnelle des enfants

Dans « Peaceful Parent, happy kids », Dr Laura Markham propose 7 étapes pour aider les enfants à développer leur intelligence émotionnelle.

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

Isabelle Filliozat décrit cette intelligence ainsi :

« L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à réguler ses réactions émotionnelles et de stress, à identifier ce qu’on éprouve, à savoir le formuler, en comprendre l’origine et en reconnaître le déclencheur immédiat et les causes plus cachées. C’est savoir exprimer de manière appropriée ce que l’on ressent, pour que ce soit entendu sans blesser autrui. C’est développer la conscience de ce qui se passe à l’intérieur de soi et pour les autres, et savoir adapter son comportement en conséquence. » 

Selon Daniel Goleman, qui l’a définie en premier, l’intelligence émotionnelle est la somme de l’intelligence interpersonnelle et interpersonnelle . Elle est beaucoup plus importante pour la société que le QI car elle est profondément humaine.

Elle comprend les compétences telles que :

  • La capacité à se motiver et à persévérer malgré l’adversité et les frustrations ;
  • le contrôle de ses impulsions, et la capacité de différer une satisfaction ;
  • la capacité de réguler son humeur et d’empêcher la détresse d’altérer ses facultés de raisonnement ;
  • l’empathie ;
  • l’espoir.

Ces compétences sont essentielles à la réussite d’une vie.

Voici les 7 étapes pour nourrir l’intelligence émotionnelle des enfants :

  1. Reconnaître le point de vue de votre enfant et pratiquer l’empathie

    C’est la base : la reconnaissance de ce que ressent l’enfant et de son point de vue (via une reformulation et une verbalisation émotionnelle).
    « Je vois que c’est difficile pour toi d’arrêter de jouer, mais il est l’heure de diner maintenant« 

  2. Permettre l’expression de l’émotion tout en limitant les actions par un rappel des règles

    Ceci implique que l’enfant connaisse les règles et qu’il ait même participé à leur élaboration.
    « Tu éprouves de la colère car ton petit frère a cassé ton jouet. La règle est cependant de ne pas taper. Voyons comment lui dire ce que tu ressens. Je vais t’aider si tu veux.« 

  3. Répondre aux besoins et sentiments derrière les problèmes de comportement

    Cette étape permet aux parents de répondre à la question « pourquoi » et à l’enfant de cerner le couple besoin/émotion (un besoin insatisfait déclenche une émotion) ainsi que les actions entreprises (consciemment et inconsciemment) pour satisfaire le besoin.
    « Cette matinée d’école a dû être un peu éprouvante pour toi.  Je t’ai manqué et tu as besoin que nous passions du temps ensemble ? Je te propose d’aller au parc et de nous défouler en nous amusant. Qu’en dis-tu ?« 

  4. Quand le désir ne peut être satisfait, le reconnaître et l’accorder par «l’accomplissement de souhait »

    Ici, l’idée de s’appuyer sur l’imagination de l’enfant pour satisfaire une envie (qui cache parfois un besoin) et de rediriger ensuite. « Tu aimerais manger un cookie ?J’imagine que tu serais prêt à en dévorer 10 même ! Plus peut-être ? J’ai vraiment l’impression que tu as faim.C’est presque l’heure de diner et je vois que tu ne peux plus attendre. Que dirais-tu d’une pomme pour garder ton corps en pleine santé ?« 

  5. Utiliser la narration de sorte que votre enfant comprenne son expérience émotionnelle

    Raconter l’histoire de ce que votre enfant a vécu lui permet d’acquérir du vocabulaire, de donner un sens à ses pensées, de se dissocier et de gérer ses émotions en les replaçant dans un contexte (on fait donc appel au cerveau rationnel).
    « Tu es bouleversé. Quand nous sommes allés chez le dentiste, tu avais d’abord peur, tu as refusé d’ouvrir la bouche, puis tu m’as tenu la main et tu a fait preuve de courage en l’ouvrant. Le dentiste t’a félicité pour la manière dont tu te brosse les dents régulièrement !« 

  6. Enseigner la résolution de problèmes

    L’idée est de transformer un problème en solution. On peut aussi proposer des choix pour guider la réflexion.
    « Tu es déçu car ton copain ne peut venir jouer avec toi car il est malade. Dès que ça ira mieux, nous pourrions chercher ensemble des idées d’occupation ?« 

  7. Jouer :

    Le jeu est un excellent moyen de changer l’humeur et de modifier le comportement des enfants.
    « Tu es superman aujourd’hui ! Tu peux utiliser ta force pour pousser le chariot ou ta vision pour trouver les produits dans les rayons ?« 

 

Source : « Peaceful Parent, happy kids » de Dr Laura Markham

 

Plus d’outils  ?

Émotions : 3 livres indispensables pour aider les tout-petits à les gérer

15 Outils astucieux pour aider les enfants à gérer leurs émotions (+ infos utiles)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂