5 astuces pour accueillir les émotions des enfants

Dans l’excellent livre « Parler pour que les tout-petits écoutent », nous trouvons des suggestions pour faciliter l’accueil des émotions des enfants (de 2 à 7 ans). Le principe central est bien d’accueillir et non de nier car cet accueil est essentiel au développement de l’intelligence émotionnelle des enfants. Cela les aide à identifier ce qui se passe en eux et à progressivement adopter des techniques d’auto-apaisement et de verbalisation de leurs ressentis et de leurs besoins.

Voici quelques préconisations préalables à une meilleure approche émotionnelle :

  • Ne demandez pas « pourquoi » un enfant ressent une émotion. Il la ressent, c’est ainsi. Les causes viendront plus tard s’il parvient à les identifier (avec votre aide). Pour le moment, son cerveau émotionnel est aux commandes et son cerveau rationnel est déconnecté.
  • Ne niez pas ou ne minimisez pas une émotion : « Ce n’est pas grave » « Calme-toi » « Ne pleure pas » car cela revient à tenter d’étouffer un besoin réel de l’enfant (besoins et émotions sont liés).
  • Assurez la sécurité de l’enfant : dans le cas d’une grave crise de colère qui pourrait le mettre en danger, prenez-le doucement dans vos bras.
  • Assurez la sécurité des autres : comme réflexe archaïque, un enfant peut être amené  à taper lors d’une crise : arrêtez doucement sa main et tenez-le contre vous jusqu’à ce que l’émotion se libère totalement.
  • Ne criez pas, ne menacez pas,… car cela étouffe l’émotion ou la remplace par la peur. De plus, l’enfant comprendra peu à peu que ses émotions ne sont pas légitimes (problèmes d’estime de soi à long terme)
  • Entrainez-vous au calme : pour que le cerveau adopte des habitudes, l’idéal est d’apprendre au calme et même en s’amusant. Alors vous pouvez simuler des situations avec les personnages ou peluches de votre enfants pour anticiper et entrainer.
  • Prenez conscience que les émotions sont contagieuses

Voici donc les 5 astuces pour accueillir les émotions de l’enfant :

  1. Reconnaitre les émotions avec des mots
    « Tu avais hâte d’aller jouer avec ton ami. Comme c’est décevant ! »
    « Ça peut être tellement frustrant quand ta construction Lego se détruit. »
    « Je comprends que tu as énormément envie de cette glace. »
  2. Reconnaitre les émotions par écrit 
    « Tu veux vraiment ce jouet. Ecrivons-le sur ta liste de souhaits ».
  3. Reconnaitre les émotions par des moyens artistiques
    « Peux-tu me dessiner l’émotion que tu ressens sur cette ardoise ? » (en dessinant les traits d’un smiley en fonction de l’émotion par exemple)
    « Tu peux gribouiller sur ce papier aussi fort que tu ressens de la colère. » (puis l’inviter à jeter le papier)
  4. S’appuyer sur l’imagination
    « Qu’est-ce que nous ferions si nous pouvions encore jouer un million d’heures en plus au parc ? »
    « Tu as envie d’une glace haute comment ? Comme une montagne ? Comment on se débrouillerait pour la porter ? Avec une grue ? »
  5. Reconnaitre les sentiments en silence
    La simple présence bienveillante suffit souvent à laisser l’enfant exprimer ses émotions et s’apaiser. On peut aussi signifier notre écoute empathique en disant : « Ah ! », « Mmmm », « Oooh », « hum ».

Voici deux extraits des BD qui accompagnent les conseils du livre :

Source : « Parler pour que les tout-petits écoutent » de Joanna Faber et Julie King est disponible sur :


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂