30 outils et méthodes pour l’accueil et l’expression des émotions des enfants

Le cerveau des enfants est immature. Ce qui implique qu’ils ont des difficultés à gérer leurs émotions, d’où les tempêtes émotionnelles qu’ils subissent. Mais, nous pouvons les aider développer leur intelligence émotionnelle. Voici quelques ressources pour cela (dont 30 outils).

 

Les émotions primaires :

Tout d’abord, un peu de vocabulaire :

Paul Ekman, le psychologue qui a inspiré la série Lie to me, évoque 6 émotions primaires : la peur, le dégout, la colère, la surprise, la joie et la tristesse. Il a déduit cela de ses travaux qui portaient sur les expressions faciales.

Daniel Goleman, rendu célèbre pour son livre « L’intelligence émotionnelle » cite les 8 émotions les plus communément mentionnées : la colère, la tristesse, la peur, le plaisir, l’amour, la surprise, le dégout et la honte.

Je me suis basé sur la version de Daniel Goleman pour la roue des émotions ci-dessous.

Entracte : les 4 émotions primaires en vidéo

©benoit leva

D’autres informations utiles :

  • Les émotions ne sont ni négatives ni positives, elles sont. En revanche, elles ont une tonalité : agréables ou désagréables.
  • Verbaliser le ressenti permet d’en réduire l’intensité. « J’éprouve de la tristesse », « j’éprouve de la colère ». Voir plus bas pour le vocabulaire des émotions.
  • Nier une émotion est dangereux car elle peut resurgir avec plus d’intensité plus tard.
  • L’accueil et la reconnaissance des émotions permet de renforcer son estime de soi et sa confiance en soi
  • Les émotions sont indispensables à la prise des décisions
  • Toute émotion est éphémère, elle s’épuise naturellement. Ce qui n’est pas le cas du sentiment qui peut parfois durer toute une vie.
  • Les émotions nous aident à identifier nos besoins et à les satisfaire.
  • Les besoins de tout être humain sont :

le besoin de sécurité.

– le besoin de stimulation.

– le besoin affectif ou social.

– le besoin d’estime et de reconnaissance.

– le besoin d’autonomie.

– le besoin de sens, de cohérence.

C’est leur non-satisfaction qui déclenche les émotions. C’est donc la cause qu’il est important de traiter. Les émotions sont les conséquences.

  • Les émotions sont contagieuses.
  • le maître-mot pour aider les enfants à gérer leurs émotions est l’empathie (qui passe par l’écoute et la bienveillance)
  • les câlins favorisent le bien-être des enfants et accélère la maturation du cerveau.
  • La lecture est un simulateur d’émotions ! Ne nous en privons pas !
  • le jeu est un allié de choix pour favoriser la dissociation (baisse d’affect émotionnel) et la verbalisation émotionnelle.
  • L’exemplarité est essentielle : les enfants regardent les parents et les imitent.

Le cerveau immature des enfants

 Quand on est humain, il est important de connaître le mécanisme d’une émotion tant il est au centre de nos réactions quotidiennes. Les réactions sont d’ailleurs décuplées chez les enfants dont le cerveau émotionnel est parfaitement opérationnel alors que la partie régulation (cortex préfrontal) est en construction.

« 1,2,3 Je me mets à l’éducation positive » de Véronique Maciejak

Les 4 étapes du mécanisme émotionnel

Ce mécanisme est le suivant (source : 1,2,3 je me mets à l’éducation positive):

  1. Un événement inattendu et non maitrisé intervient au seuil de notre conscience. Ce qui provoque en nous une charge (ou une tension si nous prenons l’analogie à un élastique qui se tendrait). Ex: un chien qui aboie.
  2. Notre corps réagit à ce stimulus en se tendant (comme un élastique) alors que l’émotion le traverse. Il en découle des symptômes physiques (ralentissement ou augmentation du rythme cardiaque, sueurs, maux de ventre, muscles raides,…)
  3. Advient la « décharge » qui est un processus naturel à la tension du corps. Il vise à réduire cette tension. C’est là qu’on peut instinctivement crier, taper, sauter, mordre,…ou plus pacifiquement dire ce que nous ressentons.
  4. Enfin, la dernière étape est la récupération. Pour évacuer les hormones du stress, nous pouvons rire, pleurer, trembler, bâiller,…l’élastique revient à sa forme au repos.

Ces 4 étapes méritent d’être expliquées aux enfants et aux adultes car elles représentent un outil pour nous permettre de mieux nous connaître et de s’entrainer par exemple à verbaliser notre ressenti plutôt que de taper. Je parle d’entrainement car pour que le cerveau opte pour une façon particulière de réagir en mode automatique, s’exercer au calme est indispensable.

Passons aux outils :

  1. Les émotions qu’éprouvent les personnages dans les livres des enfants.

    Profitez des co-lectures pour aider les enfants à identifier et verbaliser les émotions. Vous pouvez même, plus tard, vous pencher sur ce qui a déclenché ces émotions et demander à votre enfant comme il s’y serait pris pour
    Cette vidéo évoque cette astuce (merci Naitre et Grandir).

  2. La roue des émotions  :

    Découpez un cercle ou un demi cercle dans un carton. Partagez-le en quartiers égaux dans lesquels vous écrirez les émotions de base (ou les dessinerez avec des smileys). Découpez une aiguille en carton et fixez la au centre du cercle avec une attache parisienne. Vous pouvez faire de même avec une feuille plastifiée. Demandez à votre enfant les couleurs qu’il souhaite attribuer aux émotions. Ainsi vous commencerez le travail d’apprentissage du vocabulaire des émotions.
    Je vous conseille de compléter la roue des émotions avec une réglette qui représentera l’intensité. Numérotez-la de 1 à 10. A la question « qu’est-ce que tu ressens maintenant ? », votre enfant aura donc deux actions: il orientera l’aiguille de la roue et vous donnera une intensité ressentie entre 1 et 10.
    Télécharger au format PDF ici.

    Dans la même idée : la boussole des émotions

  3. la balle émotionnelle :

    Dessinez au feutre des smileys qui représentent les différentes émotions à différents endroits de la balle (qui est un objet sympathique pour les enfants). L’enfant vous montrera l’émotion qu’il ressent actuellement. D’autres utilisations et explications ici : http://papapositive.fr/outil-la-balle-attrape-colere/
    balle-attrape-colère2-1024x1024-2

  4. les livres qui traitent spécifiquement des émotions :

    Voici quelques livres qui vous aideront à parler des émotions avec votre enfant (en français et en anglais)
    (cliquez sur les images pour accéder à l’article avec ma chronique) :


    content fâché

    les émotionsLes petites et les grandes émotions de la viehow do you feel




  5. Le dragon ou le volcan de la colère :
    vous trouverez toutes les instructions pour ce dragon et ce volcan de la colère dans cet article.
    dragon-à-colorier

  6. Les cartes à raconter :

    J’ai récemment découvert des cartes qui permettent de raconter des histoires et de développer l’intelligence émotionnelle des enfants. Tous les détails dans cet article.
    Carte problème de héros

  7. L’exemple parental :
    Nommez vos propres émotions et vos enfants vous imiteront. Simple (mais pas facile) et très efficace grâce aux neurones miroirs. 🙂

    Prenez l’habitude de verbaliser vos propres émotions sans juger (voir la CNV).

  8. Le film Vice-versa :

    Excellent support auquel j’ai consacré cet article. N’oubliez pas les peluches du film qui peuvent servir de « marionnettes émotionnelles ».
    vice versa disney pixar

  9. Mr Patate pour développer l’intelligence émotionnelle :

    Excellent support pour s’amuser à reconnaitre les émotions.
    Lisez cet article pour vous convaincre de la puissance de Mr Patate !
    émotions mr patate

  10. Le jeu des mimes :

    Mimez une émotion et devinez à tour de rôle de laquelle il s’agit. Vous pouvez aussi imprimer le tableau ci-dessous et pointez une émotion au hasard.
    Ce jeu de mimes est très intéressant car il permet aussi de démontrer à votre enfant que le corps influence les pensées. Ainsi, si on sourit, notre moral s’améliore (c’est la rétroaction faciale).
    emotions-245453_1280-e1427496149449

  11. le jeu de la cocotte en papier des émotions :

    Construisez une cocotte en papier et écrivez ou dessinez une émotion à reproduire dans les parties cachées. C’est le hasard qui la désignera !

     

    source wikipedia

     

    Source Wikipedia
    Source Wikipedia
  12. La cartographie des émotions :

    Lorsque votre enfant ressent une émotion, vous pouvez lui demander où il la ressent le plus dans son corps. L’émotion est en effet accompagnée de modifications physiologiques. Pour vous guider, des chercheurs ont déterminé une cartographie de ces émotions. Cette approche s’associe à une forme de pleine conscience qui, à l’image de la verbalisation, atténue l’affect.
    cartographie-des-émotions1

  13. Les phrases à dire pour développer l’intelligence émotionnelle :

« Les émotions ne sont ni positives, ni négatives. Elles sont agréables ou désagréables et surtout, toutes sont utiles. Il est important de les écouter et de les exprimer. »

« Quand tu dois prendre une décision, tourne-toi d’abord vers tes émotions. Elles sont d’excellentes conseillères. »

« Éprouves-tu de la joie quand tu penses à cela ? »

« Je vois que tu es triste parce que ton jouet est cassé. »

« Tu es visiblement content de ta victoire au football ! »

« Cette information semble te surprendre. »

« Ce plat te fait grimacer. Est-ce sa couleur qui te gêne ? »

« A quel endroit de ton corps ressens-tu cette émotion ? »

« Ce cauchemar t’a bouleversé. Qu’est-ce qui t’a le plus fait peur dans les images que tu as vues ? »

« Souhaites-tu utiliser le dragon de la colère ? »

« Quelle couleur donnerais-tu à ton émotion ? »

« Derrière chaque émotion se cache un besoin. »

« A quelle intensité estimes-tu la force de ton émotion ? »

« L’émotion est une énergie en mouvement : si elle n’a pas de place, elle va faire pression contre ce qui la contient et causer des dégâts. Donc, respire profondément et accueille là sans la juger. » via

« Jouons à imiter les émotions. Je commence. Devine ce que je ressens. »

« Si tu étais un nuage, de quelle couleur serais-tu maintenant. Blanc, gris, très noir, léger,… ? « 

« J’ai l’impression que tu es déçu parce que Paul ne t’a pas adressé la parole malgré tes efforts. »

« Regarde ce chien qui saute dans tous les sens ! Sa joie est communicative, n’est-ce pas ? »

« Quel effet a sur toi le ronronnement du chat ? »

« Parfois, nous pleurons de joie car l’émotion est trop intense et doit être évacuée. »

« Les larmes sont aussi un moyen de diminuer le stress. »

« Tu sens comme des papillons dans ton ventre ? »

« Cet enfant semble avoir un gros chagrin. Qu’est-ce qui a déclenché sa peine selon toi ? »

« A chaque fois que je dois parler en public, j’ai mon ventre qui gargouille. Puis lorsque c’est terminé, je ressens un grand soulagement. Et toi ? Il t’arrive de ressentir des émotions successives ? »

« Le stress est un ami. Il nous donne de l’énergie pour surmonter les épreuves. »

« J’ai vu que tu as consolé cette petite fille. Elle ne pleure plus maintenant. »

« Regarde, tu as la chair de poule ! »

« Les émotions s’expriment dans notre corps de différentes manières : coeur qui bat plus fort, respiration rapide, température, maux de ventre, rougissement, etc. »

« Listons les causes possibles de ta peur et analysons-les. »

« Ce n’est vraiment pas agréable de vivre ce sentiment. Je pense que c’est un bon moment pour s’embrasser et boire un bon chocolat chaud. Qu’en dis-tu ? « 

« Viens contre moi. Ne retiens pas tes sanglots.Je suis là. Je t’aime. »

« Les émotions durent quelques secondes mais on peut les rappeler avec des souvenirs marquants par exemple ! »

« Que ressens-tu en regardant cette photo ? »

      14.  Les phrases à  éviter :

« Ne fais pas confiance en tes émotions. Ecoute-moi plutôt. »

« Mais non, il n’y a pas lieu d’avoir peur ! ».

« Allez, vas-y, tu n’es pas un bébé quand même ? ».

« C’est bizarre, tout le monde aime ce parfum sauf toi ».

« Arrête de pleurer ! »

« Tu n’as pas le droit d’être triste. »

« Les émotions, c’est pour les faibles. »

   15. Les câlins pour la maturation du cerveau : 

Comme nous l’explique Catherine Gueguen, les câlins provoquent la sécrétion des molécules suivantes : l’ocytocine, la dopamine, des endorphines, la serotonine

Ce cocktail magique contribue à notre bien-être et alimente un cercle vertueux qui mène :

  • à une diminution du stress
  • au développement de l’empathie
  • à une augmentation de la confiance
  • au renforcement de l’attachement
  • à la croissance de l’affection réciproque

Mieux ! Les câlins et autres contacts affectueux développent le cerveau des enfants et font notamment maturer le cortex préfrontal, zone essentielle du cerveau.

16) L’affiche des émotions 

Pour les enfants qui n’ont pas acquis le vocabulaire des émotions, il est utile de leur demander comment ils se sentent en montrant une affiche telle que celle-ci :

affiche-emotion-lego

Ou encore celle-ci :

1-3

17) La couleur de la colère

Le simple fait de savoir que la colère est un état « chaud » permet de réguler l’émotion. Sur l’outil ci-dessous, le « chaud » est rouge et le « froid » est bleu.

colere-2

 

18) L’EFT

L’EFT a pour but d’alléger les souffrances émotionnelles et psychologiques. Elle se pratique par la stimulation (par tapotements) de points situés sur le trajet des méridiens répertoriés par la médecine chinoise, d’où cette appellation de technique dite « méridienne ».

Vous trouverez un guide ici.

 

19) Le conte pour aider les enfants à se libérer de leurs émotions

Ce conte inspirant de Camille Griselin, hypnothérapeute, est précieux pour les enfants qui ont les poches pleines d’émotions inexprimées et pour les parents qui comprendront à quel point un accompagnement émotionnel est essentiel au bien-être de tous.

20) La respiration et la méditation

Respirer : la respiration profonde apaise le corps et l’esprit. Plus scientifiquement, les pulsations cardiaques ralentissent et le cerveau reçoit l’information que « la situation s’améliore ». Testez la cohérence cardiaque à titre préventif :

La méditation permet d’accueillir les émotions en pleine conscience. Cela diminue leur intensité et contribue au retour au calme.

21) Le dessin et le gribouillage 

scribbles-644655_1280

Ils permettent une expression émotionnelle libératrice. Le dessin peut ensuite être déchiré et jeté pour les peurs et les colères par exemple. Vous pouvez aussi utiliser une ardoise effaçable (le geste d’effacement « symbolique » rentre ainsi dans la méthode de gestion émotionnelle)

 

22) Chanter :

girl-933644_1920

Le chant fait du bien et la voix mélodieuse (ou pas) indique au cerveau que l’état émotionnel a changé. En chantant faux, l’effet humoristique est lui-aussi salvateur !

23) Les cartes émotions

Voici des cartes inspirantes pour développer l’intelligence émotionnelles des enfants.
Emotions monstres
IMG_0526

Les émoticartes : un outil complet disponible ici.

24) La roue des émotions 

Cet outil est astucieux. Il réunit à la fois la météo intérieure, les différentes émotions et le besoin qui les a déclenchées. Disponible ici.
roue des émotions

25) Le coussin (ou la peluche) absorbe colère 

Le fait de serrer fort un doudou ou un coussin évacue les tensions et active les émotions liées à l’affection (câlin).
teddy-1338895_1920

26) L’application « Mes émotions »

Je vous présente une aujourd’hui une application à la fois simple et pratique pour aider les enfants (guidés par les parents) à exprimer et comprendre leurs émotions.

Elle permet en effet de :

  • nommer l’émotion ressentie et son intensité
  • identifier le besoin qui en est à l’origine (selon des principes de Communication Non Violente)
  • pratiquer une activité pour s’apaiser

 

Cette application n’est pour l’instant disponible que sur iOS mais une version Android ne devrait pas tarder.

Pour la télécharger, cliquez ici.

 

27) Le nuancier des émotions

Vous connaissez peut être le livre la couleur des émotions, un excellent ouvrage dont nous parlions dans cet article. Je vous propose d’en utiliser l’idée d’associer une couleur à une émotion pour créer un nuancier personnalisable que chaque enfant pourra porter sur lui afin de mieux exprimer ce qu’il ressent.

Cet outil est constitué de plusieurs feuilles blanches cartonnées découpées en rectangle. Dimension : 2,5 cm sur 7,5 cm (ou plus si on souhaite des languettes plus longues).

Sur chaque feuille, l’enfant va dessiner un emoticone, un symbole, un petit personnage ou une météo représentant une émotion : colère, tristesse, joie, surprise, dégoût, peur, amour…

Puis il coloriera (au feutre, au pinceau, au crayon) chaque rectangle en fonction de la couleur qui correspond le mieux à chaque émotion. Pour le guider, on pourra lui dire : « Te souviens-tu la dernière fois que tu t’es mis en colère ? Tu imaginais quelle couleur ? Le noir ? le rouge ? le orange ? »

Ensuite, il suffira de relier les rectangles avec une attache parisienne ou un petit anneau. Voilà, le nuancier est prêt !

Pour une version plus évoluée du nuancier, je vous ai préparé des nuances de couleurs unies prêtes à l’emploi + des dégradés.

En effet, une émotion pourra adopter la couleur d’un dégradé en fonction  de son intensité. C’est une nuance dans la nuance. 🙂

Le fichier PDF est téléchargeable ici.

28) Le jeu magnétique des émotions

J’ai découvert une boite de jeu assez géniale pour faciliter l’expression des émotions des enfants et développer l’empathie.

Il s’agit d’un jeu contenant 30 pièces aimantées qui s’assemblent pour former des visages pour représenter différentes émotions.

Il est interessant de l’utiliser pour :

  • demander à l’enfant de représenter les émotions qu’il ressent et les verbaliser afin qu’il acquiert le vocabulaire adéquat : « Tu veux dire que tu ressens de la peur actuellement ? »
  • faire deviner quelle émotion est représentée par une combinaison de pièces choisies par le parent/l’éducateur
  • s’amuser à faire des combinaisons inédites et/ou découvrir de nouvelles émotions ou façons de les exprimer (exemple : pleurer de joie)
  • inventer des visages juste pour rire 🙂

Même si un plateau est livré dans la boite du jeu, nous pouvons aussi nous servir du frigo ou de toute surface métallique pour assembler les visages-émotions.

Bref, je trouve cet outil ludique, pratique et aidant.

Dès 3 ans.

Ce jeu est disponible sur amazon.fr.

 

29) 3 exercices de sophrologie

Je partage avec vous une vidéo dans laquelle vous allez découvrir 3 exercices simples de sophrologie pour aider les enfants à apaiser leurs émotions désagréables (peur, colère, …) et revenir au calme. En s’entrainant, ils pourront les réaliser en autonomie et il sera ainsi possible de passer à la phase suivante : la recherche de solutions relativement à l’émergence de l’émotion.

J’ai créé une affiche récapitulative pour vous.

 

 

Source : La Maison des Maternelles

30) La technique des petits points

« Tu veux bien me montrer où est ta colère sur l’affiche ? »

Voici l’idée de la technique des petits points qui permet de nommer l’émotion et d’en mesurer l’intensité.

Elle s’appuie sur une affiche à imprimer et par une consigne simple :

« quand tu ressens une émotion forte (comme la colère), montre moi où elle se trouve sur l’affiche en posant un doigt dessus. »

Les points sont de diamètre croissant pour symboliser l’intensité.

Les couleurs et formes sont une accroche mentale supplémentaire pour l’imagination (de plus, la colère est « contenue » symboliquement dans un cercle).

L’enfant prend aussi du recul face à son affect en la regardant de l’extérieur (ceci facilite la libération intérieure de l’émotion)

Lorsque l’enfant vous a montré où était sa colère. Proposez-lui :

  • un câlin pour que le point diminue de volume (l’émotion diminue par l’effet de l’ocytocine)
  • une respiration profonde, les yeux fermés, en s’imaginant le point en train de rapetisser (ou il peut garder son doigt sur l’affiche et remonter de droite à gauche jusqu’à ce que le point disparaisse afin de focaliser son attention sur son geste et ses sensations de toucher)
  • les deux

 

 

Le fichier pdf de toutes les affiches est à télécharger ici.

 

J’espère que ce dossier « émotions » a répondu à vos attentes.

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂