20 phrases pour renforcer l’estime de soi des enfants

20 phrases pour renforcer l'estime de soi des enfants

Voici 20 phrases (associées à 20 méthodes) pour renforcer l’estime de soi de votre enfant. 🙂

 

  1. Rassurez-le sur votre amour inconditionnel : C’est la base de l’estime de soi. « je t’aime parce que tu es toi.« 
  2. N’ayez pas d’attente démesurée, encouragez les efforts et le jeu et aidez-le à se fixer des objectifs : « Fais de ton mieux et amuse-toi bien ! » « tu n’as pas encore réussi. Ce n’est qu’une question de temps » « Quel est ton but/objectif ? »
  3. Evoquez les actes (factuel) et non la personne (étiquette, jugement) en parlant à la première personne et en favorisant les compliments descriptifs : ainsi dites « je vois/j’entends/je ressens quand » au lieu de « tu es » « Tu as testé ainsi et cela n’a pas fonctionné. Peut-être y a-t-il une autre façon de procéder ? As-tu une idée ?« . » « je vois que tu as dessiné une maison avec des volets couleur lavande« ou « En courant ainsi, tu as gagné 10 secondes sur ton parcours« .
  4. Encouragez les réussites et les tentatives qu’elles soient grandes ou petites : « bravo ! tes efforts ont payé, tu as réussi ! » « J’ai l’impression que tu as envie d’essayer. » 
  5. Dépistez les forces de votre enfant et remarquez quand il les utilise : « j’ai remarqué que tu étais reconnaissant pour cela. » [Gratitude] Les forces sont dans cet article, les connaitre permet d’orienter notre attention.
  6. Ne comparez pas avec les autres : « tu es sur ton propre chemin, tu avances comme tu le souhaites au gré de tes efforts, tes envies et ton imagination. Tu peux courir, ralentir, t’arrêter, bifurquer. Si tu doutes, suis ta joie et écoute tes émotions !« 
  7. Dites « expérience » au lieu d' »échec » : « Qu’as-tu appris de cette expérience ?« 
  8. Mettez en exergue le prisme de ses qualités : « ce que tu admires chez les autres, tu l’as déjà en toi. Sinon, tu ne pourrais le voir chez les autres.« 
  9. Valorisez la patience pour diminuer la frustration : « La patience est une force. Tu en as fais preuve aujourd’hui.« 
  10. Parlez du savoir et du savoir-faire acquis et à acquérir : faites régulièrement un atelier « ce que je sais faire » et « ce que j’aimerais apprendre à faire » : « Tu apprends chaque jour et tu as appris déjà énormément de choses : « tu ne savais pas tenir en équilibre sur un vélo, maintenant tu sais. Tu ne savais pas marcher : maintenant tu sautes même !  tu n’avais pas de copain quand on est arrivé : maintenant tu en as assez pour organiser une grande fête pour ton anniversaire ! » »
  11. Confiez-lui des tâches : lorsque vous déléguez une tâche à un enfant, il se sent utile. Commencez avec des tâches simples (comme nettoyer une vitre, chercher un article dans un rayon au supermarché, tenir la laisse du chien pour sa promenade…). Exprimez votre satisfaction pour cette aide. « Je serais ravi que tu m’aides à ranger les courses. Cela m’aiderait beaucoup.« 
  12. Parlez de « chance » au lieu de « risque » : le risque suggère la peur, la chance plutôt l’espoir et le défi. « Et si tu tentais ta chance de nouveau ? »
  13. Utilisez la méthode Kaizen des « petits pas »: « quel petit pas vas-tu faire pour te rapprocher de ton objectif ? »  (voir cet article)
  14. Transmettez la confiance : « j’ai confiance en toi. » « Je crois en toi. Je sais que tu trouveras une solution ».
  15. Encouragez  l’altruisme : « Peut-être pourrais-tu expliquer comment tu as résolu cet exercice à ton copain qui semble avoir des difficultés ? » « Je vois que tu as partagé ton goûter avec Paul qui avait oublié le sien.« 
  16. Optez pour l’optimisme et l’humour : « Tout peut arriver, même le meilleur ! »
  17. Demandez-lui son avis : « que penses-tu de ce tableau ? »
  18. Proposez des choix : Un enfant à qui on propose des choix gagne rapidement en autonomie, s’engage plus et se sent responsable/acteur de sa vie : « préfères-tu ceci ou ceci ? »
  19. Donnez-lui le droit d’exprimer ses émotions et aidez-le à les verbaliser : Les émotions sont réelles pour les enfants. Si on les ignore ou on les renie, l’estime de soi se dégrade. « tu as le droit d’être triste. » « Je vois que tu ressens une grande joie ! »  (15 outils ici)
  20. Etablissez des règles avec lui : les règles sécurisent car elles sont des repères. Elles constituent un cadre de développement pour l’enfant. « Dans cette situation, je te propose cette règle. Qu’en penses-tu ? Vois-tu une autre solution ? Maintenant que nous sommes d’accord, nous allons l’écrire, comme ça, nous l’aurons sous les yeux ! » (voir cet article sur les règles)

Bonus

21) Encouragez la lecture : lorsqu’un enfant s’identifie à un héros de roman, il s’imprègne de ses qualités. C’est le cas par exemple pour Harry Potter.

22) Travaillez sur votre propre estime personnelle. Rien de tel que l’exemplarité. 🙂

23) Evoquez régulièrement son intuition (un message de son inconscient) . « Que te dit ton intuition ? »

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *